Skynet blogs


10/02/2004

Illusion

Assis sur le haut tabouret d'un bar minable, il était seul. Face à lui, un whisky ordinaire, quelques bouteilles à moitié pleines, des verres gras et puis quelques autres poussiéreux.
Il noyait sa solitude dans cet endroit car être seul dans un lieu public lui paraissait beaucoup moins pénible que dans la solitude étroite de sa chambre mansardée.
Il noyait son ennui dans l'alcool car il n'était pas assez lâche pour la noyer dans l'eau de la rivière toute proche.
Il l'aperçut dans le miroir qui lui faisait face. Elle était encore jeune, ni belle ni laide. Sa robe noire était stricte, sans plus. Elle ne portait aucun bijou et ses yeux cernés de brun étaient nus de maquillage. Elle lui sourit mais il tarda à se retourner tant son reflet le fascinait. Il lui emboîta le pas et ils remontèrent la rivière. La berge était calme. Le décor était calme. Tout semblait calme. Il sentait sa présence et cela le rassurait. Elle était discrète, complice et tendre.
Il rejoignit le bord, les pieds au ras de l'eau. Le courant était inexistant à cet endroit.
Assis, il était seul. Face à lui, une rivière ordinaire, quelques rochers à moitié recouverts, des plantes aquatiques et quelques insectes aussi.
Il noyait sa solitude dans cet endroit car elle n'avait pas voulu qu'il reste seul dans ce lieu public, aussi péniblement seul que dans sa chambre mansardée.
Il noyait son ennui dans cet instant car il n'était pas assez courageux pour le noyer davantage dans son whisky abandonné sur le comptoir du café sordide qu'il venait de quitter.
Il l'aperçut dans le reflet que la lune faisait à la surface de l'eau. Elle était vieille, belle et laide à la fois. Sa robe blanche était décolletée, sans manches. Elle portait une chaînette en or et ses yeux bleus étaient joliment maquillés.
Elle lui sourit et il ne tarda pas à l'étreindre. Ils firent l'amour à plusieurs reprises et, au petit matin, il n'y avait plus trace de leur passage.

Écrit par Hollynx   |     |   |   6 passage(s)

Commentaires

... Au tombeau du géant, sur la Semois...

Écrit par : dyfuca | 10/02/2004

Aucune trace... Les amours des fées, surtout celles de nos vallées ardennaises, ne laissent aucune trace..tout au plus une légère brume qui flotte sur l'eau.

Écrit par : Pterodactylus | 10/02/2004

ce qui m'a fait un peu de peine a été que la whisky soit ordinaire,

ne pouvait-on, en une soirée automnale qui finit si mal,

boire jusqu'à plus soif, une ambroisie, que sais-je un nectar plus subtil que ce jus de blé écossais ?

Écrit par : xian | 11/02/2004

Pas de triste fin Ils sont partis la main dans la main, dans les brumes d'un nectar inconnu. Ils vivent heureux quelque part, à l'abri des regards.
Je me demande s'ils ont eu beaucoup d'enfants car c'est bien connu, l'amour rend les gens plus jeunes.
Et pourquoi pas?

Écrit par : Hollynx | 11/02/2004

... Encore une fois, un texte magnifique. Merci à toi

Écrit par : Aurélia | 13/02/2004

comme c'est dommage qu'il n'en resta aucune trace. N'y aurait-il pas une enquête à mener.

Jeunes et beaux compères d'un nouvelle agence cherchent clients fortunés....

Écrit par : xian | 02/12/2004

Les commentaires sont fermés.