Skynet blogs


19/02/2004

Crayon

L'écrit qui pleure.
L'écrit qui rit.
L'écriture de chaque instant...
 
Tout commença à la vitrine d'un papetier. Depuis des mois, couché dans mon étui, je rêvais du plumier douillet d'un écolier quand, un jour, la maman de Tanguy m'acheta.
L'enfant fut tellement content de ce cadeau inattendu qu'il préféra ne pas me mêler aux crayons usés de son plumier. J'étais magnifique, coiffé de ma gomme et le corps couvert des drapeaux du monde entier. Le petit garçon me manipulait avec soin et me taillait à peine, de peur de m'user, moi aussi.
Deux jours plus tard, il m'emmena à l'école. J'allais enfin connaître la vraie vie. Eclatant de beauté, à côté du plumier défraîchi et de la règle griffée, je ne perdis pas une minute de la leçon de calcul, ni de la dictée du jour. Hélas, en fin de journée, fatigué, je n'avais plus guère la même allure et Tanguy me jeta sans précaution dans la poche extérieure de sa mallette. Qu'il y faisait noir, sale et humide! C'est avec difficultés que durant tout le trajet du retour, je luttai contre les cahots violents qui me dirigeaient dangereusement vers un trou béant, au travers duquel j'apercevais le trottoir. Quelle angoisse! Arrivé dans ce que je croyais être la chambre de l'enfant, je me vis propulsé dans un horrible placard jouxtant l'escalier. Une nuit terrible!

7h30. La porte s'ouvrit. Ballottements indescriptibles, lancer sans ménagement sur le pavé de la cour de récréation puis, contre toute attente, une chaleur douce: nous étions en classe. Tanguy m'oubliait-il que sa mallette restait fermée? Après un long moment, le soulagement: une main me saisit.
La première leçon fut un contrôle de math. Le gamin n'avait pas étudié. J'en fis les frais car il me mordit, me tordit et troua ma coiffe de son compas sadique qui n'y trouva sans doute pas son compte car il me perça de trous jusqu'à la pointe. C'est ainsi que quand se termina l'exercice, je gisais anéanti dans la rainure du banc, tandis que les enfants quittaient la pièce en des cris perçants. Nous restions seuls, tous dans le même état: bics, marqueurs, stylos, épuisés d'avoir trop couru de gauche à droite.
Au bout d'un moment qui me parut bien court, la sonnerie retentit et Madame Lapointe, le professeur de dessin, fit son entrée. Tanguy détestait le dessin. Je pris peur. Ne sortirent dès lors de moi que de pâles traits minces. Furieux, l'enfant redoubla la force de sa pression et ce qui devait arriver arriva: je perdis la tête.
Afin de sauver sa production artistique, il m'introduisit plein de rage dans le taille meurtrier. Quelle douleur! Mon supplice dura cinquante minutes, du bloc de dessin rêche à la lame coupante.
Quand enfin Madame Lapointe sortit,  je me laissai glisser, fourbu, dans la rainure du banc qui comme la première fois m'accueillit les bras ouverts. Lamentable, méconnaissable, je gisais sans force et finis par m'abandonner à un sommeil réparateur bien mérité.
Ce bien-être fut de courte durée car les lumières se firent tout à coup violentes et un vacarme insoutenable me sortit de mon état de béatitude. Avec stupeur, je découvris qu'une dame au regard mauvais et aux gestes brusques empoignait tout ce qui traînait. J'étais de ceux-là et sa main froide me jeta dans une énorme boîte de fer blanc qui sentait la rouille. Comme dans un cauchemar, cet endroit résonnait des plaintes inutiles de bics, stylos, gommes, compas et autres objets abandonnés.
C'est ainsi que moi, le beau crayon, chéri pendant seulement deux jours, je dus partager le lit de fortune de pauvres diables oubliés.

Écrit par Hollynx   |     |   |   15 passage(s)

Commentaires

... Bonjour matinal...sans faire de bruit...:-)

Écrit par : sioran | 20/02/2004

Pavane pour un crayon défunt Quelle beau conte découvert en ce petit matin. Jamais plus je ne regarderai un crayon de la même façon.

Écrit par : Natacha | 20/02/2004

C'est promis Plus jamais je ne machouillerai mes bics et mes crayons!
Bisous

Écrit par : Aurélia | 20/02/2004

et bien.... j'ai de la lecture en retard... je ne sais comment je n'ai jamais atteri ici.. maintenant que c fait.. je reviendrais.... ;o)

Écrit par : valou | 20/02/2004

... Coeur de crayon...

Écrit par : dyfuca | 20/02/2004

... superbe conte y aura t'il une suite à l'aventure de ce pauvre crayon?

Écrit par : poète guerrier | 24/02/2004

Bonne idée.. Et, pourquoi pas?

Écrit par : Hollynx | 24/02/2004

... Toujours bien écrit, toujours adorable, toujours génial à lire...

Écrit par : movida | 24/02/2004

Hahem... J'aimerais te demander kékchose... peux-tu me souffler de quel code il s'agit, pour insérer de la musique sur ton blog? J'ai quelques compos en attente dans ma besace... Dank je!

Écrit par : ptitanne | 24/02/2004

Musique sur blogs Je te conseille de mettre un code qui invite les visiteurs à écouter ta musique plutôt que de leur imposer dès le chargement de la page. Il faudra donc cliquer sur le bouton "start".
Ce code (qui initie un mini-lecteur) est à placer dans un texte d'une des colonnes du blog. Pour changer le son (qui doit être issu du Web), il suffit de modifier la référence src="http://musique.mp3".

Voici le script à copier/coller:

http://fightclub.dbth.com/outsider/website/mp3/appolo.mp3" width=70 height=25 autostart=false loop=false controller=true align=absmiddle>

Écrit par : Hollynx | 24/02/2004

Oufti quéne affére chââl ;-)) Merci beaucoup beaucoup beaucoup! J'vais essayer d'appliquer ça; si y a pas d'zique sur mon blog d'ici 2006, c'est qu'j'ai po réussi :-))

Écrit par : ptitanne | 24/02/2004

... coucou, tes écrits me manquent... à quand un nouveau chef d'oeuvre ? bisous à toi...

Écrit par : nicolas | 25/02/2004

J'arriiiiiive! Pas toujours facile l'inspiration quand la vie trépidante prend le dessus. Promis, je m'y mets ce soir ou demain.
Par contre, les photos suivent.
A (presque) toute suite...

Écrit par : Hollynx | 25/02/2004

vu le vent de censure... ...et le theme pas vraiment dans mes cordes, je pense devoir en rester là.

Dommage c'était une belle réplique aux petite-culotte et belle-fesse...


BT

Écrit par : Legrorigolo | 25/02/2004

BT... Dommage mais on en gardera le souvenir éphémère et certains clichés vraiment... pas mal

Écrit par : Hollynx | 25/02/2004

Les commentaires sont fermés.