Skynet blogs


13/04/2004

Piano

La clef de sol ouvre la porte pour que dièses et bémols s'échappent sans hésiter: la gamme est de sortie.
Les notes gaindaillent rapidement tandis que la portée, toute ébahie, tressaille de stupeur.
DO-RE se roulent dans le pré. MI-FA s'enfoncent dans les bois. SOL-FA marchent de guingois. SI-DO jouent aux machos.
DO-RE-MI-FA-SOL, plus personne ne songe au piano.
DO-SI mangent des spaghetti. LA-SOL font les folles. FA-MI jouent au rami. RE-DO pataugent dans l'eau.
DO-SI-LA-SOL-FA-MI-RE-DO, quel après-midi rigolo!
Tout à coup, plus personne: la clef de sol s'inquiète et s'affole crescendo car la salle de concert attend, le piano déjà fin-prêt. Dressant l'oreille, elle entend comme un murmure s'échappant d'une clairière toute proche: formant un cercle, noires et blanches chuchotent, tout en prenant des notes. " En route mesdames, le temps presse!"
C'est ainsi que s'étant bien amusées, au terme d'une belle journée, la gamme revient sur le clavier, de la musique plein son panier.
La clef de sol ferme la porte pour que dièses et bémols ne rêvent plus que d'évasion.
Le piano caresse les notes et toute la salle se parfume des saveurs d'une journée de liberté, au son de la symphonie nouvellement composée.

Écrit par Hollynx   |     |   |   8 passage(s)

Commentaires

... Je passe te dire bonjour en la mineur...:-)

Écrit par : sioran | 13/04/2004

... quelle belle symphonie... bonne journée...

Écrit par : Nicolas | 13/04/2004

Ce lamineur aurait voulu s'en payer une tranche, peut-être ? Elles se sont échappé dit la concierge, mais où donc, comment donc faisait un gros commissaire que tout le monde appelait chef d’orchestre, on m’appelle, on crie au secours, « ils vont peut-être m’achever » était-il écrit sur le courriel. Allons, allons pressons, dit l’homme bourru au serrurier, lequel clé de fa à la main, tournicotait en vain tandis qu’un comparse, par derrière tripotait son ut.
Le grand Caruso lui-même, en troisième B en ce temps-là, en était resté sans voix ? Les blanches avaient suivi les noires avait-on pu lire dans la gazette d’O ( links ) s’étaient carapatée pour fêter cela, le retour du printemps...
Toujours inachevée la symphonie n’en peut mais, comment se disait-elle, ce n’est pas de ma faute, était-ce possible que l’on fit une musique délicate sur une si petite portée ? C’est bien normal que tout cela se soit passé.

Le chef décida tout de même que le bassiste serait envoyé au violon et que l’on ferait un rapport à qui de droit.

Écrit par : xian | 13/04/2004

:o))) musique du temps!
temps de musique!

musique du texte!!!
joil!!!

Écrit par : tgtg | 13/04/2004

Pour XIAN... BRAVO! et un tout grand MERCI car tes commentaires sont toujours de véritables petites oeuvres et, j'aime ça.

Écrit par : Hollynx | 13/04/2004

La clef des rêves... que tu nous donnes à chaque texte. Je m'émerveille.

Écrit par : Taian Akita | 18/04/2004

Jonglerie et pitrerie des notes Je jouais à la Marelle en jetant des notes qui s'écrasaient sur le Sol et je leur tournais le Do car avec les Si lents ceux qui y étaient arrivés se retourneraient Fa studieusement!
L.

Écrit par : lola la | 27/07/2005

Je vous applaudis pour votre éditorial. c'est un vrai travail d'écriture. Développez

Écrit par : serrurier paris 4 | 21/07/2014

Les commentaires sont fermés.