Skynet blogs


13/05/2004

Les mots (suite et fin)

Quand j'ai mal, mal de vivre, mal aux sentiments, j'écris.
J'écris pour ne pas pleurer, pour ne pas blesser, pour ne pas crier.
Exutoire de mon âme, l'écriture exorcise mon être et allège le poids de ma souffrance. Elle occupe mon esprit, me tourne vers moi-même, me ressource, éclaire mon pessimisme et m'encourage à poursuivre la route. Elle est l'isolement indispensable et bénéfique à mon équilibre, bien meilleur que n'importe quel Prosac, Xanax ou psy bardé des plus illustres diplômes.
 
Quand je suis heureuse, bien dans ma peau, bien dans ma tête, bien dans mes sentiments, je n'écris pas, je vis.
Je vis le moment présent, l'instant de bonheur, l'ici, le maintenant, sans plus. J'embrasse l'être aimé, je cueille la fleur épanouie, je me donne aux rayons du soleil, je ris, j'aime, je donne et je partage.
Pas question de me tourner vers moi, de jouer à l'escargot égocentrique qui circonvolue dans sa coquille, quand je suis heureuse, je saisis toutes les minutes qui passent et je les gobe à qui mieux mieux de peur d'en perdre ne fût-ce qu'une miette.
 
Ecrire entre les deux, cher Aramis?
Bizarre, vous avez dit bizarre?
Point du tout.
Devenue jeu, l'écriture se transforme alors en défi, en excitation personnelle, en humeur bienfaisante.
Hé bien, qu'attendons-nous pour nous y mettre? A, B, C? Abîme, bouée ou cornichon?
Va pour cornichon!
Dès lors, ce mot fera le texte, non pas mon humeur puisqu'il s'impose à ma plume. Il est vrai, qu'aujourd'hui je choisis cornichon mais qu'aurais-je choisi hier? Et demain, que choisirais-je donc si j'en avais encore le choix?
Peut-on vraiment parler de choix?
Bref, un cornichon...

Écrit par Hollynx   |     |   |   4 passage(s)

Commentaires

bonne nuit .

Écrit par : francine | 13/05/2004

Une de mes chansons favorites, signée celle-ci par Zazie. J'écris sur ce que j'endure
Les petites morts, sur les blessure
J'écris ma peur
Mon manque d'amour
J'écris du cour
Mais c'est toujours

Sur ce que je n'ai pas pu dire
Pas pu vivre, pas su retenir
J'écris en vers
Et contre tous
C'est toujours l'enfer
Qui me pousse

A jeter l'encre sur le papier
La faute sur ceux qui m'ont laissée
Ecrire, c'est toujours reculer
L'instant où tout s'est écroulé

On n'écrit pas
Sur ce qu'on aime
Sur ce qui ne pose pas
Problème
Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris sur ce qui me blesse
La liste des forces qu'il me reste
Mes kilomètres de vis manquée
De mal en prose, de vers brisés

J'écris comme on miaule sous la lune
Dans la nuit, je trempe ma plume
J'écris l'abcès
J'écris l'absent
J'écris la pluie
Pas le beau temps

J'écris ce qui ne se dit pas
Sur les murs, j'écris sur les toits
Ecrire, c'est toujours revenir
A ceux qui nous ont fait partir

On n'écrit pas qu'on manque de rien
Qu'on est heureux, que tout va bien
Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris quand j'ai mal aux autres
Quand ma peine ressemble à la votre
Quand le monde me fait le gros dos
Je lui fais porter le chapeau

J'écris le blues indélébile
Ça me paraît moins difficile
De dire à tous plutôt qu'à un
Et d'avoir le mot de la fin

Il faut qu'elle soit partie déjà
Pour écrire " ne me quitte pas "
Qu'ils ne vivent plus sous le même toit
Pour qu'il vienne lui dire qu'il s'en va

On n'écrit pas la chance qu'on a
Pas de chanson d'amour quand on en a
Voilà pourquoi, mon amour
Je n'écris rien
Sur toi
Rassure-toi

Écrit par : ptitanne | 14/05/2004

... Ah, si j'avais la mélodie!
Merci pour cette découverte.

Écrit par : Hollynx | 18/05/2004

:-) dans mes moissons , aujourd'hui!
:-)

Écrit par : tgtg | 03/06/2004

Les commentaires sont fermés.