29/08/2004

Inspiration


 
 
Promenade de mots dans l'imaginaire.
Ballade de troubadour dans l'imagination.
Coeur gros et esprit lourd dans la création.
Course d'idées dans la folie.
Discours de sentiments dans l'amour.
Et si c'était cela l'inspiration?

Écrit par Hollynx   |     |   |   11 passage(s)

23/08/2004

Mur

J'ai fait le mur.
Depuis des années, il était au fond de mon jardin, robuste, menaçant et sombre. Au fond du jardin de ma vie, j'ai fait le mur. Farouche, je m'en suis approchée et je l'ai touché: il était froid, humide et poreux. Pas si solide, finalement. Pas sympathique.
Au contact de mes doigts, une brique s'est détachée. J'en ai profité pour y glisser le pied et de brique en brique, j'ai gravi ce mur qui gâchait ma vue depuis ma tendre enfance.
Savez-vous ce qu'il y avait derrière ce mur?
Des dizaines d'autres murs.
Il me fallait donc faire un choix: faire demi-tour dans le jardin de mes habitudes ou plonger dans le mystère de ces murs successifs.
Indécise, je me suis installée au sommet du premier, celui qui fait la frontière de mon jardin. J'ai attendu, attendu jusqu'à la tombée de la nuit. Je me suis endormie, incapable de choisir et j'ai chuté, me cassant le nez.

Écrit par Hollynx   |     |   |   20 passage(s)

17/08/2004

Main

Voici un texte que j'ai écrit il y a quelque temps dans le cadre d'un petit jeu chez tgtg.
Je ne peux résister à la tentation de vous le présenter et de vous inviter à aller découvrir les autres productions sur ce thème passionnant: les mains.
Bon amusement.
http://tgtg.blogs.com/tgboites/2004/07/a_vos_pinceaux_.html
 
 

Donne-moi ta main et je te dirai qui tu es. Main de velours, main coquine, main rapeuse, main voleuse.
Une main dodue aux fossettes enfantines qui cherche sa tétine, tandis qu'une petite main sale à l'index taché d'encre tourne les pages d'un cahier neuf.
Les doigts s'affinent, la paume s'élargit. Les premières caresses, les premiers gestes fous.
La main prend vigueur et saisit le rateau tandis que, rebelle, elle fixe le drapeau.
Une gifle perdue, un secourable soutien, un maintien solide, un coup meurtrier.
Elle construit une existence puis, une maison. Elle est tuteur d'une vie puis, elle se replie.
Elle devient sinueuse des chemins parcourus, des larmes essuyées et des douceurs apportées.
Elle devient noueuse des embûches rencontrées, des outils soulevés et des blessures endurées.
Le temps y loge son empreinte en taches brunes, sillons profonds et peau plissée.
De plus en plus souvent froide, elle cherche le confort et le réconfort.
Elle n'ose plus et voudrait tant encore.
Elle hésite et tremble devant le biscuit devenu trop fin, la tasse trop remplie, la main potelée qui l'évite ou la main ferme qui l'empoigne.
Et puis, elle se referme paisible retrouvant sa symétrie pour l'éternité, tandis que d'autres la saluent de côté.

Écrit par Hollynx   |     |   |   18 passage(s)

15/08/2004

Monde

Globe terrestreLe monde tourne. Tournez manège au son des flonflons, chevaux de bois à la mine figée qui montent et qui descendent du matin au soir, sans entrain jusqu'à ce que s'éteignent les lumières de la fête. Le monde tourne.
Qu'elle place ai-je donc parmi ces êtres sculptés, tous alignés qui courent, qui courent et qui n'avancent pas?
Courir pour attraper le monde, toujours plus vite, jamais plus loin, sans fin, courir. Le monde tourne.
Je me retourne de crainte qu'il ne s'arrête et je cours moi aussi. Plus vite, toujours plus vite à en avoir le tournis tout en gardant confiance: être la première à décrocher la floche! Le monde tourne.
Il tournait déjà quand je l'ai pris en route. Si par hasard j'en descendais, continuerait-il à tourner? A tourner en rond, rond et rond petit patapon.
La floche me frôle. L'attraper, me crie une petite voix. Je m'étire et tends les bras. C'est raté et le manège s'arrête.
Le voilà qui redémarre. Le monde tourne. Sans cesse il tourne en rond au son d'une musique vieillotte. La floche resurgit de nulle part. Je l'attrape. Elle est pour moi. Me voilà repartie pour un tour. Le monde tourne. Tourne le monde. 

Écrit par Hollynx   |     |   |   6845 passage(s)

11/08/2004

Ecrire

Tu veux donc écrire, composer des comptines? Alors, mets ta casquette et écoute la recette.
Ouvre les yeux sur la vie, ne la regarde pas avec envie.
Profite des beaux jours, ils t'inspireront l'amour.
Laisse parler ton coeur, oublie toutes tes rancoeurs.
Ecoute, touche, sens, prends, imbibe-toi de sentiments.
Va de l'avant, ne te retourne pas et tes barrières tomberont.
Si tu trouves nuls tes écrits, dis-toi que tu as grandi et qu'il y a quelques jours, tu n'aurais pas pu faire rimer toujours. Et, si ton toujours ne rime pas avec amour, c'est que tu n'as pas encore rencontré la personne à aimer.
Jeune fille, tu as quinze ans, tu es la femme de demain qui tendrement gardera son premier essai en main et qui, à chaque tempète, y posera un regard mélancolique.

Écrit par Hollynx   |     |   |   12 passage(s)

03/08/2004

Ritournelle


 
 
Tu nais, tu plais.
Tu vis, tu ris.
Tu grandis, tu réfléchis.
Tu apprends et tu mens.
 
Tu sais, tu connais.
Tu épouses, tu repousses.
Tu te givres, tu méprises.
Tu es père et tu espères.
 
Tu es toi, tu y crois.
Tu mûris, t'assombris.
Tu vieillis, tu pourris.
Tu as peur et tu meurs.

Écrit par Hollynx   |     |   |   18 passage(s)