Skynet blogs


07/12/2004

Fuite

Un hiver. Une bourgade du sud de la Belgique. Deux adolescents galopent dans une ruelle sombre. L’un d’eux porte une blessure peu profonde à la tempe, tandis que l’autre tient au creux de ses bras une forme compacte indistincte. Leurs pas résonnent de porche en porche, faisant écho à leur progression vers le bas de la ville.
C’est le plus grand qui est en tête. Arrivé à un carrefour, il hésite puis tourne brusquement vers la droite, avant d’accélérer davantage encore sa course. Le plus jeune est à la traîne. Ne décélérant pas, il oblique en angle droit et frôle dangereusement la maison du coin.
Quel délit ont-ils bien pu commettre pour se lancer ainsi dans cette fuite effrénée ? « Un vol, assurément », pense une petite vieille à sa fenêtre, aux prises avec ses insomnies. « Un crime », songe le sacristain qui, pour la nuit, verrouille les portes de l’église. « Une fugue », rêve le jeune homme qui, sur le balcon du salon, fume en cachette la cigarette paternelle interdite.
« Camille, il se réveille ! », hurle soudain le plus jeune des adolescents. Arrêt brusque. Marche arrière. Camille approche et écarte l’étoffe enveloppant la forme informe qui, subitement, se met à gesticuler.
« Il est sauvé ! »crient en cœur les deux jeunes qui, délicatement, posent à terre une petite boule de poils encore maladroite qui se retourne l’air vexé et se met à lisser son pelage ébouriffé.
Vendredi. Un vendredi 13. Un jour comme un autre, sauf pour Poussy qui avait choisi cette nuit glaciale pour naître inconscient.

Écrit par Hollynx   |     |   |   9 passage(s)

Commentaires

... J'aime la façon dont tu dresses le décor en quelques mots et la manière dont tu amènes le suspens.

Écrit par : Nortine | 07/12/2004

:-) Merci Nortine.
Tu sais, j'ai entendu leurs pas sur le pavé, j'ai perçu leur angoisse, j'ai vu la vapeur sortant de leur bouche essoufflée... Ils sont passés sous la fenêtre de mon imagination puis, sont repartis comme ils étaient venus. Moi, j'avais changé...

Écrit par : Hollynx | 07/12/2004

Plaisir Un seul mot pour qualifié cette lecture : plaisir.
Merci :o))

Écrit par : Petit_verglas | 07/12/2004

Tout le plaisir.... est pour moi : écrire ces mots et vous les faire partager.
Merci de me lire.

Écrit par : Hollynx | 07/12/2004

Moi je n'ai vu ni voleur, ni assassin, ni vagabond mais deux ado courant vers la vie !!!!!!!! Ah ces bien pensant, bien sous tous rapports.

Écrit par : nathalie | 08/12/2004

*** On pourrait croire qu'il n'y a que des voyous ?
Et bien, tu nous prouves le parfait contraire.
Cordial bonjour.
Jean-Pierre

Écrit par : Jean-Pierre | 08/12/2004

Un bonsoir... En passant par ton imaginaire...

Écrit par : Neige | 08/12/2004

comme un enfant Mais non, même pas peur!
Je te connais maintenant. Je sais que la chute sera une surprise.
Mais là est tout le plaisir. Me voilà dans mon âme enfantine lisant une histoire déjà connue d'ogre ayant grand appêtit mais qui ne mangera pas encore cette fois le petit garçon que je suis resté
Merci à toi de ce petit moment délicieux

Écrit par : pierrot | 09/12/2004

... Dans mon imaginaire, les voyous deviennent des enfants et les enfants des voyous, au gré de ma fantaisie.
C'est cela le plaisir des mots qui vont et viennent et puis qui chutent selon mon humeur...

Écrit par : Hollynx | 10/12/2004

Les commentaires sont fermés.