27/02/2005

Silence

J’aime entendre le silence. Curieusement, je l’écoute et plus je l’écoute, plus je l’entends qui me parle de sa voix silencieuse et qui me chuchote des sons, dans le silence de la pièce.
Vous ne l’entendrez pas, car il se fait discret au fond de mon oreille.
Vous ne le distinguerez pas, car il se mêle au temps qui passe, à la solitude qui vous englobe, au sommeil qui vous guette.

Il est mon silence, il se fond à mon être, à mon âme, à ma vie. Il est mien sans concession et avec lui je pense.
Vous ne connaîtrez pas mes pensées, elles sont ma liberté avec le silence, des mots que j’articule pour moi et pour lui, des mots qui résonnent dans ma tête, qui le remplissent, le domptent et le caressent.

Souvent, la caresse du silence stimule mon imaginaire qui, dès lors, déverse sur papier les mots que je voulais secrets.
Il est en fait un chapelet, une partition, une musique qui glisse, vole et danse sur les pages de mon carnet afin que vous les découvriez.
Ne les dispersez pas. Ne les brusquez pas. Découvrez-les petit à petit, en silence.
Mon silence deviendra alors le vôtre, vous sentirez monter en vous un peu de mon être, de mon âme, de ma vie et vous m’entendrez chuchoter à votre oreille.

Écrit par Hollynx   |     |   |   11 passage(s)

24/02/2005

Tarte

Tarte, tartelette, tatin de Tantine, Tonton gourmet gourmand s’en lèche les babines.
Tarte gourmande ou tatin gourmet, Tantine préfère, quant à elle, les tartelettes.
Sur fond moelleux, se couchent les pommes tranchées, tandis que les groseilles s’y roulent et les abricots s’y vautrent.
180 degrés font frétiller le sucre et le jus, la pâte se colore, la garniture frémit, la maison se colore d’une agréable senteur, offrant aux enfants de futurs souvenirs inaltérables et plongeant les adultes dans la nostalgie de cette enfance.
La sonnette retentit comme un appel et des galops se rapprochent. Deux mains gantées dévoilent le trésor et le posent avec précaution sur la table de bois brut.
Laisser refroidir. Ne pas toucher. Ne pas toucher, c’est chaud.
De tous leurs yeux, les nouveaux venus dévorent l’œuvre pâtissière interdite et l’interminable refroidissement de la chose chauffe le cœur et l’esprit du public en attente : certains tentent de voler une groseille, d’autres redressent un faux pli de pâte et en profitent, au passage, pour racler les bords. Aucun ne triche vraiment, tous attendent dans l’impatience.
Une forme. Une odeur. Un souvenir. Une gourmandise.
Vient enfin le partage, Tonton, Tantine, mes cousins et mes cousines, une énorme tarte et un bien petit bout dans mon assiette !

Écrit par Hollynx   |     |   |   5 passage(s)

21/02/2005

1972, solitude

La nuit trop vite tombée a rempli la pièce de son châle délicat. Seule avec mes pensées, dans l’obscurité, je reste là.
Le chat ronronne, couché auprès de moi et je m’étonne de voir le soir déjà si bas.
Tout est silencieux et je m’ennuie de ce monde trop silencieux, de ce monde sans vie, entouré de noir et de gris, où tout est informe, terne, triste, où rien ne sourit, où tout est en berne.
Mais voilà qu’il se lève, troublant ainsi l’atmosphère. De lassitude ou de fièvre, il cherche la lumière.
La trouvera-t-il ? Sous la porte, elle n’a que quelques millimètres et, sur le tapis, se réfléchit. Elle est peu large et semble se soumettre à l’ombre que rien d’autre ne surpasse.
La nuit trop vite tombée a rempli la pièce de son châle délicat. Le chat saute sur le fauteuil me faisant fasse, il ronronne, ferme les yeux et s’endort, me laissant seule avec mes pensées.

Écrit par Hollynx   |     |   |   7 passage(s)

20/02/2005

Gauchère

Pour mes photos, je vise de l'oeil droit et je clique de la main gauche.
Pour mes textes, j'observe de l'oeil droit et j'écris de la main gauche.
Dans la vie, je marche les deux yeux droits devant et les deux mains en poche, toujours prête à saisir l'instant qui passe...
Le temps est mon pire ennemi, je me dois de le traquer et de le fixer en mots et en images pour ensuite l'enfermer de mes deux mains et l'espionner de mes deux yeux, qu'ils soient gauches ou droits.

(Petit clin d’œil à tgtg)

Écrit par Hollynx   |     |   |   8 passage(s)

17/02/2005

1969, voilà l'hiver

Ohé, l’hiver arrive avec son manteau blanc !
Les arbres se déshabillent, pour se vêtir ensuite de blanc.
Qui se marie ? Est-ce la comtesse, la voisine ou Nathalie ?
Ni l’une ni l’autre, tout le monde se presse.
Qui se marie ?
Mais, c’est l’hiver qui arrive…

Écrit par Hollynx   |     |   |   4 passage(s)

16/02/2005

1969, l'enfant infirme

La naissance de mon nouveau "bébé" m’ayant pris plus de temps que prévu, je n’ai pu écrire de texte. Alors, cette envie un peu folle de vous livrer mon tout premier poème qui date, enfin j’avais… bref, il y a très très longtemps.

Dans sa voiturette, face à la fenêtre, il contemple l’envol des mouettes.
Les moutons, les arbres et les chèvres.
Soudain, une larme roule sur son visage.
Sa mère l’appelle, il ne répond pas. « Viens-tu avec moi au village ? »
Il refuse. Pourquoi ne veut-il pas l’accompagner ?
« Maman, je voudrais jouer avec les autres enfants… Me permets-tu d’y aller ? »
« Quand tu seras plus grand ! »
Mais l’enfant sait qu’il ne pourra jamais y aller.

Écrit par Hollynx   |     |   |   4 passage(s)

13/02/2005

Saint-Valentin

Quand j’avais 10 ans, cela ne représentait pas grand-chose mais j’avais des rêves.
Je vous livre un texte écrit à cette époque, en souvenir, en nostalgie d’un temps lointain.
Faut pas croire, j’ai parfois encore 10 ans dans la tête et, entre nous, c’est si bon…

C’est la Saint-Valentin.
A Venise, c’est la fête. Sous un ciel serein, les amoureux se promènent. Sur le grand canal, les gondoles glissent doucement, c’est un hiver banal et pourtant, il y a de l’amusement.
Tout est joyeux quand c’est la Saint-Valentin, à Venise.

Écrit par Hollynx   |     |   |   18 passage(s)

10/02/2005

Jeu

Jeux de mains, jeux de vilains ! 1-2-3-piano, le renard est passé.
Pigeon vole, touche-touche la marelle.
Hé domino, cache-cache la chaise musicale.
Achète rue Neuve, ne t’en fais pas : dessiner, c’est gagné, le compte est bon !
Docteur Maboul, les petits chevaux sont OXO et le pendu, qui est-ce ?
Jeux de mots, jeux de lettres. Des chiffres et des lettres !
Stratégo sur terre.
Combat naval sur mer.
Barbie dans les rues de Pékin et Mickey à Venise.
Que de mystères au fond du grenier !
Lance les dés. Avance le pion. Mélange les cartes. Coupe.
Trivial, quiz de ta réponse ?
Rébus, le lotto déboule.

"Chut, dit la maman, il est temps de dormir, à présent."
Elle referma le bac à jouets et embrassa tendrement son petit garçon.
La pièce se remplit rapidement de noir et un minuscule camion rouge se dirigea vers le lit. Il klaxonna discrètement et l’enfant sortit des draps, il s’installa sur le siège du passager et ils prirent ensemble la route des songes.

Écrit par Hollynx   |     |   |   10 passage(s)

06/02/2005

Recul

A reculons, sans faire attention.
Recule. Bascule.
Où est le recul de mon avancée ?
Vouloir l’avant.
Avoir l’arrière.
A reculons, sans attention.
Pas voulu. Pas choisi.
Reculer. Pas stationner.
Plus avancer. Recommencer…

Écrit par Hollynx   |     |   |   10 passage(s)