Skynet blogs


19/10/2005

Peur d'adolescence


Si je pouvais lui dire. Si je pouvais lui avouer que je donne si peu de moi parce que…
S’il pouvait entendre. S’il pouvait entendre que, quand je suis triste, mon désir est qu’il me donne les éclats de mon printemps, terni par la chose qu’il connaît si bien : le semblant qui s’accroche à mon âme.
S’il pouvait savoir. S’il pouvait savoir que, quand il me supplie de l’aimer, j’ai tout donné et tout repris instantanément et que j’en suis si malheureuse car je vois alors la nuit sans fin qui se referme sur moi.
De l’héritière, je deviens l’orpheline, l’amour refusé alors que mon cœur ne bat que pour lui dans ce ghetto de fausse indifférence, bouclier à ma joie et frein de ma vie de jour.

Écrit par Hollynx   |     |   |   2 passage(s)

Commentaires

en passant... j'ai bcp aimé ce que tu écris; je reviendrai...

Écrit par : soloamor | 20/10/2005

Merci beaucoup A mon tour, je m'en vais me balader chez toi...

Écrit par : Hollynx | 20/10/2005

Les commentaires sont fermés.