Skynet blogs


03/01/2006

En bandoulière

Le ruisseau de mon enfance coule en une série de mélodies aux sonorités des années 60. Des vagues de 45 tours regroupant les heures bleues de la fin de mon enfance m’envahissent, en des frissons de souvenirs lointains et si proches à la fois. J’aime écouter leur caresse, c’est ma vie.
J’avais oublié que les roses sont roses et la nuit, comme toujours, je prends un bain de jouvence en m’y plongeant. N’est-ce pas merveilleux d’ainsi partir et vivre, une larme au nuage alors que tombe la neige ?
Je vous offre notre roman, à ces mots simples et à moi, la petite fille qui devenait adolescente. Des mots simples que certains trouveront naïfs. Des mots simples que je trouve tellement vrais. Des mots simples qui m’ont fait devenir la femme que je suis, car si j’ai tant de rêves dans mes bagages, c’est grâce à leur poésie sans complication.
Et je les retrouve aujourd’hui, remasterisés, mais sans une ride au niveau de mon émotion.
La dialectique adamesque c’est l’Amour, même si l’on se bat toujours quelque part. Inch’ Allah !

Écrit par Hollynx   |     |   |   4 passage(s)

Commentaires

Original :-) des titres de chanson... Certains d'entre eux sont miens également: un petit frisson émerge de mes émois d'antan...

Écrit par : Nortine | 03/01/2006

Oui, je devais avoir 9 ans quand j'ai découvert ces titres, que j'écoutais dans ma chambre et qui me forgeaient petit à petit le monde de l'amour, l'amitié, la poésie et de la paix. Je pense que la fraîcheur qui se dégageait de ces chansons m'a réellement marquée dans ma vision de l' Amour.

Écrit par : Hollynx | 03/01/2006

.... Une excellente année à toi Hollynx :-))

Écrit par : sioran | 03/01/2006

Emotion... Souvenirs...
Frissons...
Revenir...
Et grandir, devenir, ressurgir du passer et être !
Enfant, ado, adulte qu'importe c'est une partie de nous tout simplement; et nos enfants auront la leur, perso, et pleine de vie...qu'un jour ils partageront, peu-être...
Bonne Année
@+

Écrit par : aeraine | 07/01/2006

Les commentaires sont fermés.