25/09/2007

Illusions

Missing image
Ce matin, c’est à ses côtés, bien calé sous la couette, que j’ai chanté. Elle a posé sur moi ses yeux endormis puis m’a caressé de ses longs doigts fins et j’en ai attrapé des couleurs.

Nous sommes allés prendre le petit déjeuner dans sa cuisine ensoleillée, nous étions en retard et je lui ai rappelé son tailleur à aller chercher chez le teinturier.
La journée s’est effilochée, nous ne nous sommes pas quittés et le soir venu, elle s’est préparée à grands coups de mascara, de poudre sur le nez et de parfum enivrant, tandis que je l’attendais sur le divan, impatient.
En passant, elle m’a attrapé et ne m’a plus lâché jusqu’à ce que sa Yaris démarre dans la nuit. Il faisait beau, il faisait chaud. Elle roulait vite et nous nous rapprochions de la ville. J’étais bien.

Arrivés au centre, elle chercha précipitamment un parking. C’est là que notre complicité calme de la journée tourna au drame. Je m’y attendais mais comme à chaque fois, ce fut l’incompréhension, la tristesse et l’abandon : la nuit se fit brusquement nuit noire, nuit silencieuse et nuit solitaire car Natacha venait de rompre le charme sans pitié. Aveugle, muet et caché, je finirais ma soirée au fond de sa poche, comme à l’accoutumée : les GSM sont les malvenus au cinéma…

Écrit par Hollynx   |     |   |   0 passage(s)

17/09/2007

La porte

Missing image
La clef dans la serrure, un mouvement bref de rotation, une hésitation hasardeuse et puis une pression lente du poignet. Le bras qui pousse doucement la porte, la tête qui s'incline dans l'entrebâillement, le regard qui scrute la proximité et enfin le haut du corps qui s'infiltre dans la pièce encore obscure. La main qui se tend dans cette atmosphère étrangement sombre, le doigt qui presse l'interrupteur et la lumière qui jaillit.

Ouf, je suis rentrée chez moi, comme la journée fut longue !

Écrit par Hollynx   |     |   |   0 passage(s)

13/09/2007

L'absolu du son travaillé

Missing imageChacun a sa voix. Sa voie aussi, mais c’est là une autre histoire… Chacun possède donc sa voix, reflet de sa personnalité, une voix qui communique, qui invite, qui repousse, qui rit, qui pleure et qui questionne. Une voix qui est son univers, son passé et son présent.

Ce soir, j’avais rendez-vous avec une voix, une voix lyrique de surcroît moi qui fonctionne par coups de cœur, de façon hétéroclite et qui préfère la techno aux airs classiques.
Ce soir, j’ai découvert un univers inconnu qui étrangement et contre toute attente m’a transportée par-delà les mots, par-delà les notes, au sein d’une femme qui dans une intimité relative nous fit cadeau de son savoir et de ses émotions. Nous étions un tout petit public, toutes oreilles face à cette voix énorme de maîtrise, toute de sensibilité, de tendresse et d’amour qui, l’espace d’un moment , me fit prendre conscience de l’immensité. J’en suis restée sans voix et je garde de cette soirée un tel souvenir que même les mots ne peuvent s’aligner sur mon écran tant ils me semblent plats et vides de vibrations et de sensibilité.

Peu importe qui elle est, peu importe ce qu’elle chante ou ce qu'elle clame, elle est sons, elle est résonnance dans son corps, elle est souffle dans son coeur, elle est Vie.

Écrit par Hollynx   |     |   |   5 passage(s)

08/09/2007

Duo de choc pour deux géants

Écrit par Hollynx   |     |   |   3 passage(s)

01/09/2007

Les pas

Missing imageMarcher, se promener et avancer.
Marcher, penser et s’arrêter.
Marcher, regretter et reculer.
Telle est la balade de la vie : montées, descentes , méandres et virages dangereux. Telle est la randonnée de l’existence : sous le soleil et sous la pluie.

Mes pas sur la route, où êtes-vous ? Ni en avant, ni en arrière, vous semblez bouger sans vous promener, sans vous arrêter, sans même reculer.
Mes pas, que faites-vous à sauter ainsi par delà les pierrailles, les trous et les bosses du chemin ?

Mais vous cherchez ! Vous cherchez comment avancer, comment vous arrêter, comment reculer et au total vous trébuchez.

Écrit par Hollynx   |     |   |   1 passage(s)