26/05/2008

Peur de l'oubli

Si je prenais la mer, m'oublierais-tu?
Si une autre s'emparait de ton amour, m'oublierais-tu?
Si la mort m'arrachait à la vie, m'oublierais-tu?
M'oublierais-tu dans la colère, la maladie ou la démence?

Missing image
 
Il n'existe, à mes yeux, rien de pire que l'oubli : avoir existé, ne plus exister, ne plus jamais exister. Imaginer la vie sans soi, cela ne se peut pas.

Laisser une trace, le sentiment d'avoir compté pour toi, pour lui, pour elle, pour eux.
Laisser de soi une image, une authentique image d'avoir vécu à côté de toi, de lui, d'elle, à côté d'eux. Imaginer la vie sans cela ne se peut pas. L'oubli est pire que la mort, c'est le rien du rien, le néant dans le néant, comme une nuit sans rêve, les cendres du défunt que s'envolent au vent, l'enfant pas encore né, le vide dans le trou, l'inextricable angoisse.
J'aime pour vivre sans la peur de l'oubli. Je donne pour cultiver ma trace. J'écris pour ne pas mourir tout à fait.

Si un matin, je prends la mer, pense à moi.
Si une autre s'empare un jour de ton amour, rappelle-toi.
Quand la mort m'arrachera à la vie, ne m'oublie pas.
Alors, j'aurai la certitude d'avoir réellement existé...

Écrit par Hollynx   |     |   |   1 passage(s)

21/05/2008

Plus loin que nos rêves les plus fous

Écrit par Hollynx   |     |   |   0 passage(s)

20/05/2008

Sur ma route





Une boule un peu maboule, sur la route, en déroute.
Une punaise un peu niaise, bien au milieu, l’air sérieux.
La punaise lève un œil.
La boule rentre la tête.
Devinez ce qui arrive…
Un vélo, un peu sot, vers la boule se dirige.
Un chaton, un peu rond, sur la punaise fonce.
Le vélo évite la boule.
Le chaton enjambe la punaise.
Et alors ?
Des mots ! Rien que des mots qui vont, et puis s’en vont.

Écrit par Hollynx   |     |   |   0 passage(s)

13/05/2008

Cinéphilement nôtre

C'est l'heure de la dernière séance et le public se fait rare. Dans une salle obscure du centre-ville, il ne reste que quelques cinéphiles impénitents commentant le film et un couple d'amoureux s'embrassant amoureusement. Je suis assise au dernier rang. Ma vie est un cinéma de quartier, j'y joue le rôle principal sans même en connaître le scénario.

Missing image

Le machiniste rembobine le film, dès le générique de fin terminé et les lumières s'allument brutalement, tandis que je repasse en seconde partie de séance privée le film qui tournait dans ma tête.
A mon tour, je me lève et je quitte la salle, un peu déçue.

Écrit par Hollynx   |     |   |   0 passage(s)

07/05/2008

Question de style, le retour !



Missing image
Cliquez sur l'image pour (re)découvrir ce blog

Juste quelques mots concernant QDS qui renaît enfin. Ce retour me tient particulièrement à cœur car ce blog est à l'origine de mon entrée dans la blogosphère. Maintes fois il a été remanié, les articles y sont courts, touffus, on y trouve des coups de cœur, des coups de gueule, des photos et des références mais, surtout, rien ne laisse indifférent dans cet univers de mots pas tout à fait comme les autres...

Écrit par Hollynx   |     |   |   0 passage(s)

01/05/2008

Au premier jour de mai

Missing image

Clochette de blanc vêtue, tu nous annonces les beaux jours
Clochettes en grappes venues, vous respirez l'été proche
En brins ce matin, vous entonnez le refrain
En vase ce soir, vous donnerez l'espoir

Et de cœur en main, vous nous apportez le bonheur, quelle que soit l'heure...

Écrit par Hollynx   |     |   |   2 passage(s)