Skynet blogs


30/10/2008

Le petit fantôme apprend la vie

Le petit fantôme n’en crut pas ses oreilles : sa maman venait de lui dire que, désormais, il était assez grand pour fêter Halloween avec ses cousins et cousines.
Surtout, insista-t-elle, ne te mèle pas aux squelettes, sorcières et autres morts-vivants de la pire espèce et, en aucun cas, ne va vers le cimetière car tu connaîtrais les plus terribles ennuis.
Peu rassuré mais très excité, il lui fit la promesse de rester sage et obéissant.

Vint le soir du grand jour. Il faisait déjà nuit depuis longtemps quand notre apprenti spectre quitta ses parents. Confiant, il longea les façades de sa rue puis sa robe frémit quelque peu quand il tourna le coin. Le spectacle qu’il découvrit l’émerveilla : les boutiques avaient décoré leurs étalages à son image et y avaient joint différentes citrouilles et mascottes de films d’horreur.
Très vite, il aperçut deux de ses cousins qui filaient vers le sud puis une voisine qui, comme lui, hésitait à quitter le rebord d’une fenêtre où elle avait trouvé refuge. Notre ami resta indécis quelques instants quand, soudain, apparut un groupe de joyeux fêtards qui, lanternes à la main, se dirigeaient vers l’épicerie toute proche. Il se joignit à eux et marcha d’un pas glissé, sa robe flottant au vent et ses manches un peu trop longues lui tombant sur les mains. Il avait le cœur léger et l’humeur à l’amusement.
Le petit groupe s’engouffra dans la boutique. Le commerçant fit mine d’avoir peur quand l’un des fantômes lui donna l’ordre de lui céder des bonbons ou la vie. Le petit fantôme n’y prèta que peu d’attention et suivant le mouvement, il se retrouva sur le trottoir, une forme ronde et colllante dans la paume de la main.
Trois magasins furent ainsi visités puis le petit groupe se souhaita une bonne nuit et chacun retourna chez lui.

Notre petit fantôme regarda sa récolte : il n’avait pas bien compris le sens de ce rituel mais il s’était bien amusé et rentra satisfait auprès de sa maman.
Celle-ci l’accueillit d’un gros bisou lancé qu’il attrapa avec peine, tant il avait les mains pleines de victuailles sucrées. Il déposa sa moisson sur la table et vit sa maman partir d’un rire tonitruant dont seuls les fantômes ont le secret. Toute la maisonnée trembla, tandis que le petit fantôme resta muet d’étonnement quand sa maman lui annonça qu’un fantôme ne pouvait manger ni bonbons, ni sucreries.
Alors, sous son drap blanc légèrement défraîchi, il retint un sanglot car il aurait tant aimé être, l’espace d’un soir, un petit garçon comme les autres.

Écrit par Hollynx   |     |   |   2 passage(s)

Commentaires

mimi ce fantome

Écrit par : nicole | 14/11/2008

Si les fantômes existent... je suis certaine qu'ils sont de cette race-là :-)

Écrit par : Hollynx | 16/11/2008

Les commentaires sont fermés.