Skynet blogs


21/06/2009

Ponctuation en ribote

CrayonPoint rencontra Poing et ce dernier lui tapa sur le nez. Cela lui donna l'air d'un point-virgule mais ce ne fut point le point final de leur aventure.
Le regard en point d'interrogation, il n'en revint pas mais mit un point d'honneur à ne pas riposter, le coquin ayant tourné le coin.

Point, tout en rondeur, regarda ses mains: deux mains, dix doigts mais impossible d'en faire des poings. Qu'ils plient ou qu'ils se nouent, ses doigts restaient aussi raides que des points d'exclamation.

Le lendemain, Point les mains sous les bras, revint au point d'impact de la veille: plus de Poing, rien. Jouant avec ses mains, il s'impatienta. Il s'impatienta si bien qu'il ne vit point le temps passer et le surlendemain, plus de mains, plus de poings car était née la parenthèse.

Point, tout étonné, n'en crut pas ses yeux : ses mains devenues courbes, quelle aventure!C'est à ce moment qu'apparut Poing. Celui-ci ricana quand il aperçut Point puis, il analysa point par point la nouvelle situation. Il tapa du poing sur le mur, tant il la trouvait drôle, ce qui ne plut pas à Point qui bondit les deux mains (pardon: les deux parenthèses) en avant.Point d'hésitation, point de remords, il enferma Poing dans son étau. Poing ruait poings et pieds liés mais il ne put se libérer.

Ne voyez aucune morale à cette histoire, il n'y en a point.

C'est l'histoire de deux points qui ne voulurent pas finir en tréma, écrite de ma main, le poing en poche avec entre parenthèses mon humour et ma joie.

Écrit par Hollynx   |     |   |   5 passage(s)

Commentaires

Bravo!
une belle dictée pour les examens.
Bises.

Écrit par : mamyni | 22/06/2009

Vrai ça ! Faudra que je "teste" un jour les enfants du centre de guidance où je travaille ... Les pauvres !

Écrit par : Hollynx | 22/06/2009

Encore une petite dictée (mais qui n'est pas de moi)
pour les enfants du centre.

Monsieur Lamère a épousé Mademoiselle Lepère.

De ce mariage, est né un fils aux yeux pers.
Monsieur est le père, Madame est la mère.
Les deux font la paire.

Le père, quoique père, est resté Lamère, mais la mère, avant d'être Lamère était Lepère.
Le père est donc le père sans être Lepère, puisqu'il est Lamère et la mère est Lamère, bien que née Lepère.

Aucun des deux n'est maire.
N'étant ni le maire ni la mère, le père ne commet donc pas d'impair en signant Lamère.
Le fils aux yeux pers de Lepère deviendra maire.
Il sera le maire Lamère, aux yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa mère.

La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la perd.
Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère, vient du bord de mer, et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils.

Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère, ne trouvent que le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s'y perd !"

FIN

Écrit par : Eifel | 22/06/2009

Wouaw ! Alors là, vive les échecs... Merci pour ce petit texte que je ne connaissais pas.

Écrit par : Hollynx | 22/06/2009

Très amusant: Bonjour,
C'est ludique et joyeux, j'aime beaucoup
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 31/07/2009

Les commentaires sont fermés.